Les marques Ameublement du FCBA

Les questions fréquentes

Cette rubrique les différentes questions qui nous posées régulièrement à propos de Nf Office Excellence Certifié. 

Est-ce que la marque NF s'applique à l'outil industriel ?

- Non. La marque NF ne concerne que les mobiliers qui ont été certifiés. Un fabricant ne peut donc pas se déclarer "NF", mais simplement dire que ses mobiliers sont certifiés "NF". - Mais la marque NF est délivrée après avoir vérifié d'une part la conformité aux normes des mobiliers, et d'autre part l'organisation qualité de l'outil industriel du fabricant, audité d'après un référentiel selon un modèle ISO 9000 (reprenant les exigences essentielles de cette norme).

la norme NF EN 1023 et la méthode d'essai du test de stabilité décrite en 6.1.2. indique: "Augmenter la force jusqu’à atteindre 200 N ou jusqu’à ce que la cloison se déplace de 200 mm, mesurés au point d’application." Cela signifie que si la cloison ne bascule pas une fois atteint 200mm de déplacement elle est conforme ou au contraire qu'il faut continuer jusqu'à atteindre 200N de poussée?

Lors de cet essai, la cloison est réputée stable si nous pouvons constater aucun basculement, rupture ou dégradation :- soit en atteignant un effort de poussée de 200N- soit en atteignant un déplacement horizontal au niveau de la poussée de 200mm (il n'est pas nécessaire de poursuivre la poussée)

Je souhaiterai avoir des renseignements concernant des sièges de bureau. Je travaille dans une société informatique, et je suis donc assis toute la journée (plus de 8h par jour) J'aimerai savoir ce que vous conseillez comme type de siège (quel mécanisme de basculement, quels réglages sont préconisés...) J'aimerai savoir également quels sont les budgets conseillé pour ce type de siège.

En réponse à votre demande d'information sur le choix de sièges de travail compatible avec votre activité 8 h/jour assis devant votre poste de travail, nous vous préconisons de sélectionner un siège :- avec hauteur d'assise réglable- avec mécanisme synchrone assise-dossier- avec réglage du creux lombaire- si possible avec accotoirs réglables - éventuellement avec têtière réglable- Et bien sur NF Office Excellence Certifié, la nouvelle certification des sièges de bureau.

Quelle hauteur doit-il y avoir entre le plateau du bureau et l'assise de la chaise (chaise standard, sans roulettes)pour ne pas avir mal au dos? le plateau du bureau est à 72cm, hauteur de l'assise ? Je mesure 162cm.

En ergonomie, tout dépend l'activité pour définir le dimensionnel des objets que vous utilisez.Si vous avez une activité bureautique, vos mobiliers doivent être conformes aux normes :- siège de bureaux NF EN 1335-1- table de bureau NF EN 527-1Et si votre poste de travail est équipé d'un écran d'ordinateur :- aménagements du poste de travail NF EN ISO 9241-5En clair :- Plan de travail de votre bureau conforme à la norme NF EN 527-1 (fourchette basse pour un bureau à hauteur fixe 740 +/- 20mm)- Siège de travail = la hauteur de l'assise doit être réglable en hauteur de 400 à 480mm / la hauteur du point saillant du dossier au niveau du creux lombaire doit être compris ou réglable de 170 à 220mm au dessus du plateau de l'assise.Si utilisation devant un poste équipé d'un ordinateur (Travail devant Ecran de Visualisation) ces dispositions sont obligatoires et réglementées par la Directive européenne 90/270CEE du 29/05/1990 et par le Décret 91.451 du 14/05/1991.Sur leur site, vous pouvez consulter le document de l'INRS sur l'aménagement des bureaux.

Je cherche en particulier les normes concernant les accroches de chaises de salle de conférence entre elles: chaque fabricant semble avoir son avis, sans pouvoir être clair sur l'énoncé précis...

En réponse à votre demande, je vous précise les normes et réglementations relatives à la fixation des sièges en rangées : 1/ Règlement de Sécurité contre l'Incendie et les Risques de Panique dans les Etablissements Recevant du Public. L'article AM 18 prescrit :- une fixation au sol ou en rangées pour les salles de plus de 200 places en RDC ou 100 places en sous-sol ou en étage. - le nombre de sièges dans une rangée ne peut excéder 16 sièges dans une rangée à deux accès ou 8 sièges pour une rangée à un accès (contre un mur). - la distance entre 2 rangées doit permettre le passage d'un gabarit en permanence (350mm), avec généralement des barres au sol de maintien de la distance entre rangées- le comportement au feu est évalué selon l'essai dit de "perte de masse" (dégagement de fumées) - il n'y a plus d'exigence de classement M sur les matériaux sauf la structure qui doit être classée au moins M3- cette réglementation s'applique dès lors que les sièges sont attachés en rangées, même si le nombre de sièges est inférieur. 2/ La norme EN 14703 (sièges attachés en rangées) prescrit des exigences extravagantes et non adaptées. Cette norme n'est pas appliquée en France.- il n'y a donc pas d'exigence sur la performance de la résistance des systèmes de fixation entre sièges- certains sièges sont donc reliées par une simple éclisse par gravité, d'autre par un système de fixation plus rigide

Nous allons équiper nos magasins de meubles en panneaux de particules, qui ne sont pas destinés à la vente mais utilisés dans le cadre de support à la vente pour nos produits. Pourriez-vous me dire si je dois les importer en tenant compte de la norme anti feu, si oui la catégorie est-elle M3 et quels types de documents/certificats dois-je demander au fabricant pour prouver que sa fabrication est conforme à la norme ?

Concernant votre demande les meubles présentoirs sont considérés comme du gros mobilier et donc soumis à l'AM 15 et 16. De ce fait vous devez effectivement prouver que le classement des matériaux est M3, soit si c'est un matériau bois vous pouvez utiliser les classements conventionnels pour le bois arrêté du 21/11/2002 ci joint ou prouver la conformité en testant les produits selon le classement.

Je souhaite connaître les dernières normes incendies concernant les IGH pour des sièges de bureau rembourés en mousse et recouvert d'un tissu classé AM 18.

Il existe en France une réglementation incendie pour tous les établissement recevant du public (ERP). C'est une réglementation de base, qui peut être plus ou moins sévère en fonction de l'établissement. En effet la réglementation pour les immeubles de grandes hauteurs (IGH) est plus sévère.Pour un siège de bureau, non fixé au sol et non crochetable, il n'existe pas de réglementation, uniquement une recommandation basé sur les normes EN 1021-1&2.Mais du faites de la destination dans un IGH, vous devez répondre à l'article GH61 de la réglementation, qui exige que l'ensemble des produit tout confondus ne doit pas dépasser les 400 MJ/m².Pour cela vous devez fournir à la commission de sécurité, le potentiel calorifique (PCS) de vos sièges de bureau. Cela peut être réalisé soit par des essais destructifs suivant la norme EN 1716 ou par calcul.Pour déterminer le potentiel calorifique de vos sièges de bureau, vous devez connaitre le potentiel calorifique de chaque composant (mousse, tissu, plastique, acier, roulette, colle,...).Si vous utilisez la méthode de calcul a l'aide du tableau, vous devez connaitre la masse de chaque composant et ensuite multiplier cette masse par la valeur indiquée dans le tableau (MJ/Kg). Une fois toute les potentiels calorifiques connus, vous n'avez plus qu'à additionner les valeurs trouvées et vous connaitrez le potentiel calorifique du siège de bureau dans son ensemble.Demandez a vos fournisseurs de composants les rapports d'essais suivant la norme EN 1716.Si vous souhaitez la méthode suivant la norme EN 1716, il vous faut compter un cout de 1400 € HT pour les essais sur un siège.

Quel type de siège de bureau (mécanisme de basculement, réglages...) est préconisé pour une activité de 8h/jour en station assise ?

Nous vous préconisons de sélectionner un siège avec hauteur d'assise réglable, mécanisme synchrone assise-dossier, réglage du creux lombaire et, si possible, avec accotoirs réglables et, éventuellement, avec têtière réglable.  

Existe-t-il une norme pour les plateaux de bureau en verre ?

Il n'existe pas de réglementation "produit" en Europe ni en France obligeant les fabricants et importateurs à fournir des verres de sécurité pour les plateaux de bureau. En revanche la Directive générale sur la sécurité des produits (DGSP) impose en Europe, a minima, en l'absence de réglementation ou de normes spécifiques, la sécurité légitimement attendue, qui dépend largement, en verre recuit, de son épaisseur par rapport à la portée entre appui. Nous avions dans les normes françaises de mobilier de bureau des annexes (non obligatoires) recommandant du verre de sécurité pour les plateaux de verre débordants. La marque NF Bureau les avait transformé en règles obligatoires. Ces normes ont été remplacées par des normes européennes (NF EN 527), qui ne contiennent plus ces annexes, ni ne demandent d'essai d'impact sur les plateaux. La nouvelle marque NF OEC qui s'est alignée sur les NF EN de bureau n'a pas non plus d'exigence sur point. En fait le problème du verre y est escamoté, probablement parce que le verre ne donnerait pas satisfaction sur le plan de la brillance (trop brillant). Cependant il existe maintenant une NF EN de méthodes d'essai générales sur les portes et plateaux en verre en ameublement, dont les exigences figureront bientôt dans les normes des produits, y compris de bureau, lors de leur future révision. Ces exigences seront soit l'absence de casse, soit une casse sécurisée de type trempé ou feuilleté. Vous avez donc encore le choix de la nature du verre, sachant que la DGSP (et la directive sur la responsabilité du fait des produits défectueux, qui serait invoquée en cas d'accident) vous incitent fortement à mettre en oeuvre des produits sûrs. Si vous optiez pour du verre trempé, vous auriez une communication "top niveau" vers le client, et le jour où paraîtront les normes révisées, une bonne longueur d'avance sur vos concurrents.

Je dois monter un marché pour l’achat de mobilier de bureau. Est-ce que je dois faire référence obligatoirement à des normes dans le CCTP ?

Les normes à prescrire sont indiquées dans les prescriptions techniques de la marque NF OEC. En ce qui concerne votre consultation, les normes à prescrire sont les suivantes : > NF EN 527 1-2-3 : Tables de travail de bureau> NF EN 1335 1-2-3 : Sièges de travail > NF EN 14073 2-3 : Meubles de rangement > NF EN 14074 : pParties mobiles des tables et meubles de rangement Le Code des Marchés Publics exige de l’acheteur public d’acheter des produits conformes aux normes. Il vous permet d’exiger une preuve de conformité établie par un organisme aggréé, tierce-partie du candidat. FCBA intervient régulièrement à la demande de collectivités locales pour les aider à rédiger leurs CCTP et analyser la validité technique des offres reçues.

J'aimerais savoir quelle est la réglementation quant à l'espace minimum d'un bureau dans la fonction publique territoriale ?

Nous vous conseillons de consulter : > la norme NF X 35-102 : Conception ergonomique des espaces de travail en bureaux (Site de l'AFNOR)> le site Actineo de l'observatoire de la qualité de vie au bureau

Je suis amené à acheter des sièges de travail. La hauteur d'assise maximal des fauteuils sélectionnés est de 80 cm. Ces sièges peuvent-ils être équipés de roulettes ?

L'utilisation de roulettes pour un siège dont l'assise est à une hauteur supérieure à 560 mm est déconseillée par l'INRS, en raison du manque de stabilité.

Pour une salle de conférence de 100 places assises dans un établissement recevant du public, existe-t-il une législation précisant la fixation des sièges au sol ?

Conformément au règlement de sécurité contre l'incendie et les risques de panique dans les établissements recevant du public du 25 juin 1980 et à l'arrêté du 5 juillet 2007 relatif aux établissements de type L, l'article L1 :> pour les salles d'auditions, de conférences, de réunions et les salles multimédia, la fixation des sièges (en rangées ou au sol) est obligatoire dans les salles de plus de 200 personnes ou 100 personnes en sous-sol > pour les salles de projections, de spectacles, de cabarets, et les salles polyvalentes à dominante sportive, la fixation des sièges (en rangées ou au sol) est obligatoire dans les salles de plus de 50 personnes ou 20 personnes en sous-sol. Les articles L3 - L28 - l29 fixent les conditions d'accès entre les rangées.

Quelles sont les exigences pour un siège de salle de réunion, en particulier concernant les roulettes ?

Les sièges de salles de réunion doivent être conforme à la norme NF EN 13761. Cette norme ne prescrit pas de moyens (exemple piétement à 5 roulettes) mais des exigences de performances (stabilité...). Concernant les sièges équipés de roulettes, elle précise que le siège non chargé ne doit pas rouler non intentionnellement. En particulier : > la résistance au roulement doit être supérieure ou égal à 15N pour des roulettes de type H pour sol en moquette et à 12N pour des roulettes de type W pour sols durs > les roulettes sont de construction identique

Quelles sont les normes applicables au mobilier de bureau ?

Ces normes sont les suivantes : > NF EN 1335 1-2-3 : sièges de travail > NF EN 13761 : sièges visiteurs > NF EN 1021 1 : allumabilité des sièges rembourés - résistance à la cigarette > XP D 61040-4 : caractéristiques des garnissages de sièges rembourés (mousses, tissus...) > NF EN 527 1-2-3 : tables de bureau > NF EN 14073 2-3 : meubles de rangement > NF EN 14074 : parties mobiles des meubles de bureau (tiroirs, portes, rideaux, roulettes...) > NF EN 1023 1-2-3 : cloisons de bureau > NF EN ISO 9241-5 : exigences ergonomiques pour postes de travail de bureau avec terminaux à écrans de visualisation > XP D 60050 : caractéristiques des méthodes d'essais de finition Ces normes concernent aussi les meubles réalisés sur mesure.

Existe-t-il des textes normatifs pour l'intégration d'une tablette sur un meuble pour personne handicapée ?

La norme NF P 91-201 prescrit des dimensions pour les mobiliers et en particulier des plans de travail (chapitre 4.2.1) :- hauteur plan de travail = 800mm (850mm maxi pour les grandes tailles) - hauteur libre d'accès sous plan de travail >= 750mm - largeur libre d'accès sous plan de travail >= 600mm - accès frontal recommandéEt pour les tablettes des meubles de rangement (chapitre 4.2.6) :- profondeur des tablettes des meubles hauts = 400mm - profondeur des tablettes des meubles bas = 600mm - hauteur des tablettes = 400 à 1200mmNous vous conseillons de vous procurer cette norme sur le site www.afnor.fr pour tout renseignement complémentaire.

Existe-t-il une norme définissant le poids que peuvent supporter des sièges de bureau ?

Oui, les normes NF EN 1335 1/2/3 prévoient que les sièges doivent être conçus pour supporter un poids maximum en usage de 110 kg.Au-delà, et pour des poids allant jusqu'à 135 kg, la Marque NF Office Excellenve Certifié a défini une prescription particulière. Cette exigence est à préciser lors dans le cahier des charges lors des appels d'offre.

Comment comparer les normes GS et NF afin de pouvoir vérifier les équivalences lors d'un appel d'offre français ?

Il n'existe pas de tableau synoptique comparant les exigences de ces deux certifications NF-OEC et GS.Ce qui est commun : les prescriptions des normes EN 527 1/2/3 - EN 1023 1/2/3 - EN 1335 1/2/3 - EN 13761 - EN 14073 2/3 - EN 14074 - EN ISO 9241-5Les "plus" de NF Office Excellence Certifié> Des prescriptions techniques supplémentaires relatives aux sièges de bureau (endurance du mécanisme de dossier en débattement libre par exemple), aux bureaux (endurance des mécanismes ajustables en hauteur par exemple)> Des prescriptions techniques complémentaires relatives au comportement au feu des sièges de bureau et des sièges visiteurs (allumabilité cigarette selon EN 1021-1 ou recommandation D2/2000)> Des prescriptions techniques complémentaires pour la durabilité des finitions (résistance à l'abrasion, à la rayure, aux taches des plans de travail ou des peintures des tôles d'armoires ou des piétements de bureau) Des prescriptions techniques complémentaires des garnitures de sièges (fatigue dynamique, résistance à l'indentation des mousses, tenue à la lumière, dégorgement de teintes, pochage des revêtements)

Dans le cadre d’un marché de bureaux, un fournisseur m’indique que le mobilier présenté a reçu le certificat de qualité CTBS décerné par FCBA. Pouvez-vous me donner des précisions sur ce certificat ?

Cette certification ne concerne que la qualité de fabrication des panneaux de particules, ce qui est déjà un signe de qualité de la part du fabricant... Mais ne suffit absolument pas pour prouver que ces bureaux sont aussi conformes aux règles de sécurité, de dimensions et de résistance des normes NF EN 527 1-2-3.

Dans un appel d'offres concernant des tables de décharge, la certification NF EN 527-1 527-2 et 527-3 est demandée. Peut-on établir une équivalence avec des tables ayant la certification NF EN 15372(2008), XP D 60-050 (2002) ?

Effectivement, concernant les normes prescrites pour des tables de décharge ou tables de réunion, on peut établir l'équivalence entre les normes : NF EN 527 2/3 - Tables de bureau et NF EN 15372 niveau 2 - Tables de collectivité.Les critères de sécurité, de stabilité et de résistance sont en effet sensiblement équivalents.

Quelles différences entre «norme», «certification», «label» et «marque»?

Une norme est un texte élaboré de manière consensuelle par les différents parties intéressées. Une fois que la norme existe, elle n'est pas obligatoire. C'est juste une référence.Un label regroupe un ensemble d'exigences auquel les produits doivent répondre. Le label est souvent écrit par ceux qui labellisent eux-mêmes leurs produits.Une marque de certification, comme NF Office Excellence certifié, est élaborée par ceux qui veulent obtenir la certification, mais aussi par des organismes tiers. Le référentiel n'appartient pas à ceux qui veulent être labellisés.

Quelle est la hauteur réglementaire d`un bureau de travail?

La hauteur est définie par la norme NF EN 527-1 qui distingue trois cas :> hauteur fixe = 720mm +/- 15 mm> hauteur réglable ou ajustable = plage de réglage de 680 à 760 mmm> hauteur assis/debout = plage de réglage de 710 à 1200 mmmCes exigences sont reprises dans les prescriptions techniques de la marque NF-OEC.

La question de la verticalité (lampes, rangements, disquettes, menus matériels, dossiers, bureau pour le dessin et CAO...) a t-elle été abordée dans le référentiel ?

Les fabricants de mobilier de bureau présentent des programmes répondant à ce besoin de rangement vertical (appelé aussi 3ème niveau). Certains de ces programmes sont déjà certifiés. Les fonctions verticales doivent respecter les prescriptions des normes du mobilier de bureau, c'est une chose à bien vérifier avant d'acquérir ce type de mobilier.

A-t-on le droit d'utiliser du verre pour la fabrication de tablettes destinées à des meubles pour handicapés ?

D'un point de vue réglementaire, il n'y a pas de restriction pour l'emploi de verre pour des meubles destinés à des personnes handicapés. Il n'y a donc pas d'obligation directe en empêchant la commercialisation. Toutefois, de manière indirecte, la DGSP (Directive Générale sur la Sécurité des Produits) s'applique. Il s'agit d'une directive européeenne, qui a été transcrite en droit français et qui demande à ce que le metteur sur le marché (fabricant, distributeur ou agenceur) se soit bien assuré que son produit est sûr. Ainsi, en cas de litige, le metteur sur le marché est immédiatement impliqué et le meilleur moyen pour lui de prouver sa bonne foi en matière de sécurité est d'être capable de présenter un rapport d'essai (réalisé par un organisme tiers comme FCBA) montrant la conformité du produit aux normes de sécurité. Ainsi, pour des produits verriers en ameublement, il est fortement conseillé de se conformer aux normes (il existe différentes normes suivant le type de meuble et suivant leurs usages) et d'utiliser du verre trempé plutôt que du verre recuit. Le verre trempé est plus solide (4 fois plus résistant à la flexion que du recuit) et plus sûr (en cas de casse, il se fragmente en petits morceaux non coupants).

Les normes européennes sont-elles plus exigeantes que les normes françaises ?

Non. Chaque norme européenne est préparée par un groupe de travail composé d'experts envoyés par les associations de normalisation des différents pays de l'Union européenne. Le projet qui est proposé est donc issu d'un consensus des experts de ces différents pays. C'est souvent le plus petit dénominateur commun qui, malheureusement, l'emporte. Le projet de norme est ensuite approuvé lors d'une enquête publique européenne. Une fois publiée par le CEN (Comité européen de normalisation), la norme européenne remplace obligatoirement toutes les normes nationales correspondantes. Il n'y a donc plus qu'une seule norme harmonisée dans tous les pays de l'Union européenne.

Quelle est la différence entre les panneaux de particules surfacés mélaminés (PPSM) et les panneaux plaqués stratifiés à l'usage du mobilier de bureau ?

Un panneau de particules surfacé mélaminé (PPSM) est un panneau de particules de bois agglomérées sur lequel on vient appliquer, en usine, une feuille de papier décor enduite de résine mélamine. Cette application se fait à chaud et sous pression...Un stratifié est une feuille décor, appliquée sur plusieurs feuilles de papier kraft, enduites de résine mélamine. Cette application se fait à chaud et sous haute pression.Faut-il choisir un panneau mélaminé ou stratifié pour les tables de bureau ? Longtemps utilisée pour la fabrication des corps de meubles (armoires de rangement, meubles de cuisine...), la technologie des PPSM a fait des progrès considérables ces dernières années. Les performances à l'usage ont été améliorées par l'élaboration de résines mélamines renforcées. Aujourd'hui, certains PPSM, testés selon les critères de la norme XP D 60-050, sont utilisés pour la fabrication de plateaux de tables de bureau. On trouve même sur le marché des revêtements de sol en PPSM, avec adjonction de silice pour une tenue supérieure à l'abrasion. Ce qui est important, c'est donc la conformité aux prescriptions de la norme XP D 60-050. En particulier la résistance aux chocs, à l'abrasion, à la rayure et la tenue aux produits d'entretien (détergent, vernis à ongle, éosine), bureautiques (encre de stylo à bille et à plume, de feutre indélébile) et alimentaires (café, soda).

Quelles sont les normes de sécurité à respecter pour l'agencement d'un bureau à domicile (espace, lieu, éclairage, bruit, qualité des produits) ?

Pour le mobilier de bureau installé dans une habitation domestique, mais destiné à un usage professionnel, il est bien sûr conseillé de respecter les normes européennes correspondantes : NF EN 1335/1,2,3 - NF EN 1023/1,2,3 - NF EN 527/1,2,3

Dans le cadre d’un marché de bureaux, un fournisseur m’indique que le mobilier présenté a reçu le certificat de qualité CTB S décerné par le CTBA. Pouvez-vous me donner des précisions sur ce certificat

Cete certification ne concerne que la fabrication à base de panneaux de particules certifiés CTBS. Ce qui est déjà un signe de qualité de la part du fabricant... Mais ne suffit absolument pas pour prouver que ces bureaux sont aussi conformes aux règles de sécurité, de dimensions et de résistance des normes NF EN 527 1-2-3.

Existe t-il une tolérance de flèche sur un plateau prévu "autoportant" (absence de poutre) ?

Selon les utilisations, les exigences sont légèrement différentes : · Si la table est une table de collectivité (usage de réunion, formation, restauration...), selon la norme D 62-070, la flèche sous charge doit être inférieure ou égale à 1 % de la longueur du plateau (soit 16 mm pour une longueur de 1600 mm par exemple). · Si la table est une table bureau, selon la norme NF EN 527-3 et la prescription 32.SC.02 de la marque NF Bureau Sécurité Confortique, la flèche sous charge doit être inférieure ou égale à 0,5 % de la longueur du plateau (soit 8 mm pour la même longueur de 1600 mm). Ces exigences ne dépendent ni du mode construction ni du type de matériau utilisé. Seule la performance à l'usage compte.

Quelles sont les exigences liées à l'électrification du mobilier ?

L'électrification des mobiliers de bureau doit répondre à deux exigences : la conformité de conception (sous la responsabilité du constructeur) et la conformité de l'installation et des équipements (sous la responsabilité de l'installateur) Les bureaux électrifiables certifiés Sécurité Confortique sont déclarés conformes aux prescriptions essentielles de la norme C15801. L'installation des équipements électriques devra être réalisée exclusivement par un personnel qualifié. La conformité de ces équipements devra pouvoir être prouvée (marquage).

Existe t-il des textes normatifs pour l'intégration d'une tablette à un meuble pour personne handicapée ?

La norme NF P 91-201 prescrit des dimensions pour les mobiliers et en particulier les plans de travail (chapitre 4.2.1) : - hauteur plan de travail = 800 mm (850 mm maxi pour les grandes tailles) - hauteur libre d'accès sous plan de travail >= 750 mm - largeur libre d'accès sous plan de travail >= 600 mm - accès frontal recommandé Et pour les tablettes des meubles de rangement (chapitre 4.2.6) : - profondeur des tablettes des meubles hauts = 400 mm - profondeur des tablettes des meubles bas = 600 mm - hauteur des tablettes = 400 à 1200 mm Nous vous conseillons de vous procurer cette norme sur le site www.afnor.fr pour tout renseignement complémentaire.

Dans un appel d'offres concernant des tables de décharge 1200x600 la certification NF EN 527-1 527-2 et 527-3 est demandée, peut on considérer une équivalence avec des tables ayant la certification NF EN 15372(2008), XP D 60050 (2002).

Effectivement, concernant les normes prescrites pour des tables de décharge ou tables de réunion, nous pouvons établir l'équivalence entre les normes : NF EN 527 2/3 - tables de bureau NF EN 15372 niveau 2 - tables de collectivité Les critères de sécurité, stabilité, résistance étant sensiblement équivalents.

Existe t-il une tolérance de flèche sur un plateau prévu ‘autoportant’ (absence de poutre)

Selon les utilisations, les exigences sont légèrement différentes : · Si votre table est une table de collectivité (usage de réunion, formation, restauration...), selon la norme D 62-070, la flèche sous charge doit être inférieure ou égale à 1% de la longueur du plateau (soit 16mm pour une longueur de 1600mm par exemple). · Si votre table est une table bureau, selon la norme NF EN 527-3 et la prescription 32.SC.02 de la marque NF Bureau Sécurité Confortique, la flèche sous charge doit être inférieure ou égale à 0,5% de la longueur du plateau (soit 8mm pour la même longueur de 1600mm). Ces exigences ne dépendent ni du mode construction ni du type de matériau utilisé. Seule la performance à l'usage compte.

Quel est l'épaisseur minimale sur un bureau en verre, pour que le produit puisse être NF, y a t' il d'ailleurs un minimum ?

Il n'y a pas de minimum ni d'obligation réglementaire, mais des normes donnant des qualités et épaisseurs recommandées et la Directive Générale sur la Sécurité des Produits avec sa transcription en droit français impose de prendre le maximum de précautions. Si le produit est certifié NF, les exigences sont : verre trempé thermique dans tous les cas de figure, épaisseur selon les formats (tableau au référentiel) Dans l'absolu et pour assurer la sécurité légitimement attendue (cf le Code de la Consommation) les plateaux en verre d'un bureau ou d'un satellite de bureau comme une console devraient toujours être trempés (et conformes à la norme NF EN 12150-1 précisant les caractéristiques et le mode de contôle du verre trempé thermique). L'épaisseur est fonction du format et notamment de la portée sensible à la déformation sous charge, et cela se calcule a minima. Il faut cependant intégrer le côté subjectif : un verre trempé d'épaisseur suffisante en sécurité mais trop mince pour l'oeil n'inspire pas confiance et peut donc jouer un rôle de repoussoir à l'achat. Il est donc nécessaire de connaître ces renseignements (format, portée, mise en oeuvre) pour répondre avec précision sur un produit donné.

Existe -t-il aujourd'hui des règles universelles d'ergonomie pour les sièges ou les bureaux ? Si oui lesquelles sinon pourquoi ?

C'est un sujet sur lequel beaucoup de normes sont en projet ou en cours de révision. La norme N 35-102 sur l'aménagement de locaux à usage de bureau est actuellement en révision. Il existe aussi des normes NF et Internationales : en ce qui concerne le mobilier de bureau, il existe une norme nationale qui aborde les problèmes dimensionnels des sièges et des bureaux. Une norme européenne plus précise est également en projet. Elle prendra en compte un grand nombre de paramètres dimensionnels, posturaux, fonctionnels, de sécurité que l'ensemble des autres normes ne traite pas. Enfin, une série de normes concernant l'aménagement du poste de travail avec poste informatique est aussi en projet.

J'aimerais savoir quelle est la réglementation quand à l'espace minimum d'un bureau dans la fonction publique territoriale.

Nous vous conseillons de consulter : - la norme NF.X.35102 : Conception ergonomique des espaces de travail en bureaux sur www.boutique.afnor.fr/boutique.asp - le site www.actineo.fr : observatoire de la qualité de vie au bureau